Compte rendu d'événements

Perspectives pragmatistes sur la philosophie pratique

(Par Emmanuelle Marceau, doctorante)

Dans le cadre de la conférence intitulée Philosophique pratique : perspective pragmatiste présentée dans le cycle des conférences du doctorat de philosophie pratique, Georges A. Legault, impliqué depuis les années 90 dans le développement de l’éthique appliquée, propose une réflexion qui situe la philosophie pratique à l’intérieur de son contexte philosophique, soit plus précisément près du champ de la philosophie des sciences et de la philosophie du langage. Il présente la philosophie pratique comme une expression, c’est-à-dire «une analyse conceptuelle qui recherche la signification la plus précise compte tenu de la variabilité des usages linguistiques», et non un concept.

Legault brosse une historique des différents usages de la philosophie pratique depuis l’Antiquité et reconnaît le caractère plurivoque de cette expression. Il situe la philosophie pratique dans le contexte du tournant linguistique de la philosophie du langage et de la communication. Il regarde la philosophie tel qu’elle «s’inscrit dans des pratiques humaines». Pour lui, la philosophie pratique repose sur le pragmatisme, tant épistémologique (Dewey) que linguistique.

Selon la perspective pragmatique adoptée par le conférencier, l’énoncé ne prend sens qu’au sein de son contexte d’énonciation. Par conséquent, la prise de décision demeure indissociable du contexte dans lequel elle s’inscrit. Ainsi, l’action répond nécessairement à un contexte spécifique et singulier: une personne parvient à motiver une décision en s’appuyant sur ses connaissances qu’elle cherche à rendre explicite dans une action donnée. Bref, le pragmatisme envisage la théorie dans l’action et la prise de décision devient une réelle pratique réflexive.

Au terme de sa conférence, ce spécialiste actif auprès des instances privées et gouvernementales qualifie la philosophie pratique d’«intervention philosophique». L’intervention comporte essentiellement l’accompagnement des personnes selon une démarche d’élucidation collective et de pratique réflexive marquée par le dialogue. En somme, la philosophie pratique demeure ancrée dans la pratique, à défaut de quoi, elle perd sa raison d’être, soit celle d’identifier des solutions aux insuffisances des pratiques sociales.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply